Bréhat

Trois spectacles par jour

Publié le 03/10/2008
© Texte et photos Didier Houeix

Carnet de route
Cette île est une étoile, déployant chaque jour son programme en trois actes : sa découverte intérieure, et par deux fois, la grâce descend sur son estran entre marée haute et marée basse. Une myriade de roches, d’îles et d’îlots se couvre et se découvre au point de ne plus savoir où sont les choses.

Deux conseils minuscules. Un ! Munissez- vous d’une carte de l’île : on ne se perd pas à Bréhat, mais on peut facilement, ignorant les ruses du réseau piétonnier - les directions sont pourtant très bien indiquées - allonger sa route. Deux ! Les malins partiront avec des serviettes de bain. La traversée est de courte durée : un quart d’heure. A l’arrivée, montez à pied la pente et suivez la flèche “centre bourg et tous commerces”. Vous humez les premières odeurs de fleurs. Vous pouvez opter pour “le Tâxile”, un petit convoi de wagonnets, pratique pour les familles accompagnées de jeunes enfants. Malgré le chahut des essieux, il y a des sourires dans l’air. Sur la place auréolée de platanes, règne le calme apparent des petits matins. Il cédera aux discussions animées, aux va-et-vient des résidants et aux cris joyeux des enfants. Avec le soleil, elle prend des allures de Midi de la France. Après le café, dégusté au “Shamrock”, il s’agit de savoir où l’on va.

ICI, TOUT EST ROSE
La place du bourg, telle une rose des vents, dessert toutes les directions. Les aficionados diront qu’il n’existe que deux Bréhat : celle du sud, occupée l’été par les vacanciers, et celle du nord, éloignée, donc plus discrète. C’est vers elle que nous nous dirigerons avec un objectif, le phare du Paon. Les bons marcheurs feront le crochet en direction de Saint-Michel, à droite de l’hôtel des pêcheurs. La butte sur laquelle se trouve la chapelle possède un escalier, un peu raide. Mais la position est une aubaine pour embrasser d’un coup d’œil les contours de l’île : le moulin à marée, Béniguet, Raguénès, la Chèvre, le Rosédo. Nous remarquerons, flottant dans l’air, des drapeaux “bleu, blanc et rouge”. D’irréductibles Bréhatins bravent, pour le fun, les fantômes des envahisseurs historiques, anglais et espagnols. A l’isthme de Pen ar Prat, dit Pont Vauban, filez tout droit. A gauche, c’est la Corderie et le sémaphore. À l’étang de Kervilon, séparé de la mer par un cordon de galets, si la marée est haute, vous pouvez vous baigner. Après la traversée de la lande, récupérer la route du phare du Paon. Construit en 1853, détruit par les Allemands et reconstruit, le phare domine un paysage de rose. Ici, tout est rose. Le phare lui-même est rose. Une légende raconte… Le comte Mériadec de Goëlo avait deux fils, Gwill et Isselbert. Impatients de profiter de l’héritage, ils choisirent de précipiter leur père dans le vide. Ils seront pétrifiés en granit, unis à la dépouille de leur père, dont le sang, dit-on, a donné aux roches de Bréhat cette couleur. Plus joyeux, pour savoir si votre mariage se fera dans l’année, jetez une pierre dans ce même gouffre : si elle rebondit sur la pierre, ce sera pour plus tard ; si elle tombe dans l’eau, vous pouvez publier les bans.

Mise en garde

Soyons franc : Bréhat est très fréquentée. De l’Arcouest, une compagnie de vedettes assure de nombreux départs. Inconvénient : les trois parkings sont “payants” et vite encombrés. Résultat, la file d’attente des voitures s’allonge sur la route de l’embarcadère au fur et à mesure que l’on avance dans la journée. Cette situation peut devenir insupportable. Des solutions existent pour éviter ces désagréments. La plus efficace : se lever tôt. La seconde, avant l’embar-cadère, prendre tout de suite la grève sur la gauche : il y a des possibilités de stationnement, 600 places gratuites. Deux choses encore, et pas si anodines que cela. Les toilettes publiques sont vraiment minuscules et rares sur Bréhat. Enfin, celles ou ceux qui poussent les chaises roulantes de personnes handicapées vont souffrir au débarquement : c’est un véritable calvaire que de monter la pente revêtue de ses gros pavés.

Infos Pratiques


CARNET DE BORD
Accès

*De Rennes : quittez la voie express N 176 à hauteur de Saint-Brieuc (évitez la sortie Paimpol par la côte), sortie Paimpol et Lanvollon par la D 7, plus rapide.
*De Brest : quittez la voie express N 12 à hauteur de Morlaix, sortie Lannion par la D 786. De Lannion, direction Tréguier, Paimpol par la D 786.

A voir
*Dans le Fort, l’atelier et le superbe magasin de La Verrerie.

Carte
*IGN 1/25 000 - 0814 ET Paimpol/Ile de Bréhat

ADRESSES UTILES
*Syndicat d’Initiative de Bréhat - Tél. 02 96 20 04 15
www.ile-de-brehat.org
*Service de vedettes - www.vedettesdebrehat.com
*Le magasin de La Verrerie du Fort
www.verreriesdebrehat.com

EXTRAIT DU MAGAZINE
TERRE DE BRETAGNE HORS SERIE N°3

Abonnez-vous à notre newsletter

Magazines
Je m'abonne

ABONNEZ-VOUS A TERRE DE PROVENCE Pour 29 €
au lieu de 41,70 €

Suivez-nous sur
Facebook !