Accueil > Terre de Bretagne > Carnets de route ILLE-ET-VILAINE > De Cancale au Mont-Saint-Michel

De Cancale au Mont-Saint-Michel

Le plat pays breton

Publié le 01/08/2007
© Texte et photos Didier Houeix

Carnet de route

Notre balade dans ce monde à l’écart du Monde débute sur l’un des plus beaux balcons de la baie du Mont : Cancale. De là, du pays cancalais, la baie dévoile à perte de vue son panoramique de sable, revisitée mille fois, par la mer qui recouvre chaque jour ce “plat pays” breton.

Sur les hauteurs de la pointe du Grouin, tout là-bas vers l’est, la ligne d’horizon vient butter contre les silhouettes d’Avranches et de Granville. Plus au nord, c’est l’archipel de Chausey. L’image de Cancale, nichée dans le creux de sa baie, séduit immédiatement. Il y a le Cancale d’en haut, celui de la falaise, et le Cancale d’en bas, du port de la Houle et de ses jetées. Celui d’en haut gravite autour de l’église. Historiquement, voici le beau quartier de Cancale, occupé des siècles auparavant par les armateurs de la région malouine et leurs somptueuses villas. En bas, c’était le quartier populaire, des “petits”, marins et matelots de tous bords, équipages de caboteurs et de bisquines qui venaient s’échouer sur la plage. Mais aujourd’hui les habitants de Cancale vivent au rythme du ballet journalier des ostréiculteurs, de leurs chalands en aluminium et de leurs tracteurs, et du va-et-vient des badauds venus du monde entier respirer le long de la promenade deux choses : le bon air marin et un parfum, agréablement iodé, celui de “La Creuse de Cancale”. Une huître dont la réputation s’est installée dès le XVIIe siècle à la table des grands restaurants parisiens. Le décor est planté. Mais le regard se perd bien vite dans la baie : elle est si vaste. Après l’émeraude et la turquoise des marées hautes, la baie s’habille à marée basse de rayures noires. Une forêt de bouchots –des milliers de pieux en chêne – marque la présence des concessions mytilicoles. Cette forêt de bois noir a littéralement transformé le paysage.

SAINTE-ANNE,
IDEALE POUR LE PIQUE-NIQUE

Les naturalistes, eux, s’approprieront les étendues de tangue, épaisse couche d’un mélange de sable, de débris coquilliers et de sédiments minéraux. Une sorte de désert lumineux, gris, blanc, dont la maison de la baie vous propose de décoder les mystères à marée basse. Une recommandation : ne vous aventurez jamais seul sur ces étendues vouées à être recouvertes chaque jour par la mer. Mais accompagné, vous comprendrez comment ce milieu fonctionne, associé aux herbus, polders et vasières qui organisent l’essentiel des zones écologiques de la baie. Au Vivier, n’hésitez pas à rendre une visite aux responsables de la maison de la baie. Ils vous donneront les horaires des balades programmées avec des animateurs Nature. Du Vivier, vous prendrez la direction de Cherrueix par la D 797, puis celle de la chapelle Sainte-Anne par la D 82. Vous remarquerez sans doute, une collection de moulins à vent éparpillés le long de la route. Leur toiture est recouverte d’essentes, des ardoises taillées dans du bois de châtaignier. Et même si elles ne sont pas minérales, ces couvertures peuvent tenir six générations d’intempéries. Quant à la chapelle Sainte-Anne… c’est l’endroit idéal pour poser le panier du pique-nique, sous les grands arbres, et sur la pelouse verte qui borde l’édifice. C’est aussi le point de départ d’une promenade - une variante du GR34 débute ici - qui vous révélera l’une des attractions historiques de la baie, la digue de la Duchesse Anne et ses polders. Avant de quitter la région pour une visite du Mont-Saint-Michel, n’oubliez pas de faire un crochet par Saint-Broladre. Vous trouverez là une institution de la restauration : la boucherie Fantou, le fournisseur officiel de tous les amateurs de viande de prés-salés. Un régal pour le palais.

Quand mytiliculture rime avec génie inventif

De Saint-Benoît-des-Ondes au Vivier-sur-Mer - ancien port de cabotage médiéval de Dol-de-Bretagne -, voici le domaine des chalands à roues. L’idée de capter des moules sur des piquets en bois est irlandaise et date du XIIIe siècle. Un certain Walton, naufragé dans la baie de l’Aiguillon, sauva sa peau en dressant des filets entre deux piquets. Mais faute de poissons, il captura des moules sur les piquets. L’idée fera son chemin jusqu’en Bretagne. Aujourd’hui, près de 300 kilomètres de bouchots couvrent la baie. Le meilleur moyen d’apprécier la moule de bouchot de la baie reste encore de la goûter. De nombreux restaurants en ont fait leur spécialité. Ils jalonnent la D 155 de Saint-Benoît à Cherrueix. Au Vivier, rien de tel pour surprendre les enfants, que de leur montrer “des bateaux qui roulent sur l’eau”. C’est un Breton, cette fois, qui trouva l’astuce. Une astuce qui révolutionnera la vie des mytiliculteurs. Accablé de voir sa vie dépendre du bon vouloir des marées, Jean Barataud invente le chaland amphibie à roues. Il fallait y songer !

Infos Pratiques


CARNET DE BORD
Accès

*De Rennes : direction Saint-Malo, par la N 137. Sortir à Châteauneuf-d’Ille-et-Vilaine direction Cancale par la D 76,
ou quitter la quatre-voies 137 à hauteur de Hédé,
et suivre la D 795 qui de Combourg mène à Dol-de-Bretagne,
et par la D 155 au Vivier-sur-Mer.
*De Saint-Malo : vous avez le choix entre la route côtière,
D 201 vers la pointe du Grouin, ou la route intérieure,
D 355 de Saint-Coulomb à Cancale.

A voir
*La Maison de la Baie “Mytiliculture et Découverte”
Tél. 02 99 48 84 38
*Musée de l’huître et du coquillage - Cancale
Tél. 02 99 89 69 99

Carte
*IGN 1/25 000 - 1116 ET Saint Malo/Dinard/Dinan et 1215 OT le Mont-Saint-Michel/Dol-de-Bretagne

ADRESSES UTILES
*Office municipal de tourisme
Tél. 02 99 89 63 72 - www.ville-cancale.fr
*Pour tout savoir sur la baie et Le Vivier-sur-Mer
www.juste-a-temps.fr
www.pays-de-dol.com
*Site officiel du célèbre chef Olivier Roellinger
Trois étoiles au guide Michelin 2006, présente ses restaurants, ses recettes et sa région.
www.maisons-de-bricourt.com
*Site officiel de la célèbre boucherie Fantou
Viande de prés-salés - www.fantou.fr

EXTRAIT DU MAGAZINE
TERRE DE BRETAGNE HORS SERIE N°3

Abonnez-vous à notre newsletter

Magazines
Je m'abonne

ABONNEZ-VOUS A TERRE DE PROVENCE Pour 29 €
au lieu de 41,70 €

Suivez-nous sur
Facebook !