Accueil > Terre de Bretagne > Carnets de route COTES D'ARMOR > De Loguivy à Perros-Guirec

De Loguivy à Perros-Guirec

Dans un écrin de rose

Publié le 10/07/2007
© Texte et photos Didier Houeix

Carnet de route

Un petit port blotti dans le creux de son village, deux rivières qui taquinent les eaux de la Manche, un grand sillon de galets, des parures de rochers… De l’Arcouest à Ploumanac’h, trois appellations touristiques déroulent leurs plus beaux tapis pour vos beaux yeux : la Côte du Goëlo, la Côte des Ajoncs et la Côte de Granit Rose.

Les chaluts sont rentrés de la pêche. Les caisses, siglées de la Criée de Paimpol, pleines de crustacés, ont été vidées dans les viviers proches du môle. Les poissons, le bar surtout, baignent dans la glace. Nous sommes à Loguivy-de-la-Mer. Il est une heure de l’après-midi, les derniers côtiers rentrent au port. La marée a vidé le célèbre petit port, vedette d’une chanson, écrite et interprétée par François Budet. Logivi, en breton, est un havre de paix, point de départ d’une longue perspective qui va nous mener à Ploumanac’h. Toutes les six heures, le jusant offre un paysage inédit balisé par le phare de la Croix. Sur les hauteurs de la ville, un sentier se faufile et longe les rives du Trieux. Au loin, vers le nord-ouest, on aperçoit le Sillon de Talbert. Il apparaît, comme un mirage blanc sur l’horizon de bleu, pendant que le fleuve déverse ses eaux vertes, le long de l’île à Bois. Pour traverser le Trieux, il faut se rendre au pont suspendu de Kergrist, en Lézardrieux. Et sans oublier de descendre au port - la vue y est bucolique -,
la D 20 mènera via Larmor-Pleubian, jusqu’au Sillon. A Lezardrieux, la maison de Georges a été vendue, mais l’âme de Brassens est bien vivante dans la mémoire des anciens. Vous pouvez faire un crochet par le petit village de Kermouster, ravissant avec sa chapelle, et filer avec les enfants faire trempette sur la plage de l’isthme de l’île à Bois.

LE SILLON QUI FAIT FACE
Voici le Sillon… Enfin, le début de ce qui ressemble plus à une longue digue de sable et de galets. Son étymologie, en breton, Talberv, est significative de son rôle naturel - talb, front et erv, sillon : “Le sillon qui fait face” -, face aux puissantes tempêtes de noroît qui déversent leurs kilos de goémon sur sa grève. Une véritable manne pour quelques centaines de récoltants qui perpétuent les us et coutumes de la récolte des algues. Lorsque vous marcherez sur cette langue de galets de près de 3 kilomètres, ayez une pensée pour le pauvre Merlin qui, dit-on, érigea cette passe pour aller rejoindre la fée Viviane dont il était amoureux. Aujourd’hui, géré par le Conservatoire du littoral, classé parmi les sites les plus remarquables de Bretagne, le Sillon reste un lieu de balade très prisé par les consommateurs de grand vent : ça souffle dru ! La maison du Conservatoire du littoral vous reçoit sur le site du Gouffre, à Plougrescant, accessible après avoir enjambé le Jaudy à Tréguier et rejoint la chapelle Saint-Gonéry, en plein bourg. L’histoire anecdotique de sa restauration révèle que les paroissiens souhaitaient maintenir en l’état la forme de leur clocher : il est sacrément de travers. Et ce qui fut demandé aux services des Monuments historiques fut accordé. Les concepteurs du projet ont fait preuve d’ingéniosité pour que tout en conservant son aspect de travers, la flèche ne puisse pas tomber par terre. A Pors-Hir, vous pourrez prendre un bain de soleil ou de mer devant l’île d’Er. L’animation est assurée par des grappes de jeunes qui s’agglutinent à bonne hauteur sur les rochers et plongent des heures durant dans l’eau transparente. De Porz-Bugalez, évitez de rejoindre la D 786 et préférez, même en voiture, longer le littoral : il est superbe. A Buguélès, des annexes colorient la petite jetée. Et jusqu’à Port-Blanc, un chapelet d’îles habille le paysage. Rejoindre Perros-Guirec par la D 113 et contourner par le port. Voici Ploumanac’h, terminus de notre balade.

Les Sept-Iles

Au début du XXe siècle, de gentils citadins viennent en Bretagne taper le carton aux Sept-Iles. La chasse aux macareux est ouverte : les Chemins de fer de l’Ouest vantent sur affiches ce nouveau sport. Résultat : des milliers de petits alcidés sont massacrés pour le seul plaisir de les voir gisant sur la grève. Alertée, la Ligue Protectrice des Oiseaux - elle est créée à cette époque - met un terme à cette tuerie organisée. Malgré le maintien des populations, les marées noires ont raison des 7 000 couples encore présents en 1950. Aujourd’hui, Rouzic se visite. Un bateau portant les couleurs de la LPO, permet d’admirer la présence d’une impressionnante colonie de fous de Bassan : près de 12 000 couples. Quant aux macareux… ils ne sont plus qu’une dizaine de couples.

Infos Pratiques


CARNET DE BORD
Accès

*De Rennes : quittez la voie express N 12 à hauteur de Saint-Brieuc (évitez la sortie Paimpol par la côte), sortie Paimpol et Lanvollon par la D 7, plus rapide.
*De Brest : quittez la voie express N 12 à hauteur de Morlaix, sortie Lannion et Perros-Guirec par la D 786.

A voir
*Le marché du mardi à Paimpol
*Maison du littoral du Gouffre
*Maison du littoral de Ploumanac’h

Carte
*IGN 1/25 000 - 0714 OT Lannion / Perros-Guirec

ADRESSES UTILES
*Office de tourisme de Paimpol (Loguivy-de-la-Mer)
Tél. 02 96 20 83 16 - www.paimpol-goelo.com
*Conservatoire du littoral - www.conservatoire-du-littoral.fr
*Office de tourisme de Penvénan - (Port-Blanc-Buguélez)
Tél. 02 96 92 81 09 - www.penvenan-tourisme.com
*Office de tourisme de Perros-Guirec (Ploumanac’h)
Tél. 02 96 23 21 15 - www.perros-guirec.com
*Sept-Iles : Station Ligue Protectrice des Oiseaux de l’Ile Grande
www.lpo.fr

EXTRAIT DU MAGAZINE
TERRE DE BRETAGNE HORS SERIE N°3

Abonnez-vous à notre newsletter

Magazines
Je m'abonne

ABONNEZ-VOUS A TERRE DE PROVENCE Pour 29 €
au lieu de 41,70 €

Suivez-nous sur
Facebook !