Houat

La promesse d’une évasion paradisiaque

Publié le 29/05/2007
© Texte et photos Didier Houeix

Carnet de route

Détachée de Hoëdic par un détroit, le passage des Sœurs, l’île de Houat est inséparable d’une légende, aussi belle que probable…

Quiberon en matinée. Port-Maria. Embarca-dère pour Houat. Dans les années 70, un capitaine à la peau burinée menait à bon port les passagers sur une respectable coque blanche équipée de bancs, couleur pulpe d’orange. L’Enez-Houad avalait en une heure ses 14 kilomètres, à vue de nez, assurant ses deux à trois rotations par jour en plein cœur de l’été. Mais l’Enez- Houad n’est plus : à vendre sur un quai d’Etel, qu’est-il devenu ? Les souvenirs d’enfance se sont envolés, mais Houat est toujours à 14 km de portée des puissants moteurs du catamaran Dravanteg de la Compagnie Morbihannaise de Navigation. Passé Quiberon, le voyage prend son allure de mini-croisière. Appuyés contre les bastingages, les passagers admirent la côte, alors que le navire double la pointe du Conguel et file vers le port Saint-Gildas, atteint au bout de 40 minutes et construit au pied du village de pêcheurs. L’île est orientée nord-ouest et sud-est. Une situation qui la rend vulnérable aux caprices de l’Atlantique. Le souci des marins fut donc, et aujourd’hui encore, de bien abriter les bateaux, immatriculés à Auray. Fragilisé par sa position, le port d’Er Beg n’a plus d’existence viable : la tempête de 1951 détruisit dans la nuit hivernale du 27 janvier la flotte et les infrastructures d’une économie tournée vers la pêche aux casiers : araignées, homards et crevettes. Un élan de solidarité, relayé par la presse, aboutira à la construction du nouveau port, mieux protégé.

UNE PLAGE DE TOUTE BEAUTÉ
C’est sur ses quais que vous débarquerez. L’île fait 288 ha, 5 km de long et flirte avec une hauteur de 31 m. Ne souriez pas trop au regard de ce chiffre modeste et rendez-vous dans la montée : ça grimpe ! Une fois là-haut, le village, avec sa rue principale et ses maisons blanches, petites, imposent le calme. Sous le drap bleu d’un ciel d’été, Houat se réveille. Si vous restez une nuit ou plus, offrez-vous cette promenade qui, plein ouest, mène à Treac’h ar Beniguet, une crique de falaises et de rouleaux. Si vous ne disposez que de la journée, rendez-vous à l’est de l’île qui forme une fourche, un Y, en partie propriété du Conservatoire du Littoral. Vous aurez largement le temps, du débarquement à l’embarquement de la fin d’après-midi, d’apprécier l’immense plage de Treac’h er Goured, déjeuner et bain compris. Sur les îles, le soleil tape très fort. Prenez vos précautions pour ne rien craindre des “alizés” bretons qui soufflent sur l’île. On y accède, du port, par un chemin qui longe les hauteurs de la Fontaine de la plage. Vous pouvez aussi traverser le centre du bourg, par la place du Vieux-Puits. Enlevez les sandales sur le sable de Tal-er-Han, déjeunez face à Er Jeneteü ou mieux, sur la courbe d’En Tal. Le spectacle de la mer est là, avec en prime des voiliers blancs qui régatent auprès du banc d’Houat. Les enfants pourront courir, se débattre en toute liberté pendant que vous pliez le pique-nique, avant de vous étendre au soleil, sur cette plage de toute beauté. Un dernier détail : on y est très bien, alors n’oubliez pas votre bateau !

Hoëdic, la petite sœur

Beaucoup plus petite, 209 ha, Hoëdic est la plus méridionale des îles de Bretagne. Sa météorologie lui impose des paysages marqués par la sécheresse. On y trouve des espèces rares, voire protégées, comme le lys des sables, et des espèces méridionales : oyat, œillet maritime, cyprès, figuier et tamaris. Le fort accueille en saison des expositions sur les richesses du littoral. Des promenades sont organisées par l’association de gestion du fort. À Hoëdic, moins de 150 habitants, une dizaine de bateaux de pêche font vivre la plupart des familles. L’évolution la plus importante concerne le tourisme. Hoëdic n’a pas échappé à cet engouement pour les îles de Bretagne. Mais dans le respect des équilibres, cette manne contribue au maintien des services publics et d’un commerce de proximité. Ici, tout le monde se connaît, l’accueil est spontané ! Trois petites heures suffisent pour arpenter cet éclat de granit long de 2,5 km sur 1 km de large. Inévitablement, vous aurez envie de vous y attarder : les nombreuses criques qui jalonnent l’île vous y invitent.

Infos Pratiques

CARNET DE BORD
Accès
*De Rennes : N 24 jusqu’à Ploërmel, puis N 166 vers Vannes,
N 165 vers Auray et enfin direction Quiberon par la D 768.
*De Brest ou Quimper : N 165 jusqu’à Auray
et direction Quiberon par la D 768.

A lire
*“La Revue des Deux Iles”, bulletin annuel de l’association Melvan.

Carte
*IGN 1/25 000 - 0822 OT Belle-Ile/île d’Houat/ Hoëdic.

ADRESSES UTILES
*Site officiel de l’île de Houat
Mairie - Tél. 02 97 30 68 04 - www.ile-de-houat.com
*Office de tourisme de Quiberon
Tél. 0 825 13 56 00 - www.quiberon.com
*Les îles du Ponant
www.iles-du-ponant.com

EXTRAIT DU MAGAZINE
TERRE DE BRETAGNE HORS SERIE N°3

 

Abonnez-vous à notre newsletter

Magazines
Je m'abonne

ABONNEZ-VOUS A TERRE DE PROVENCE Pour 29 €
au lieu de 41,70 €

Suivez-nous sur
Facebook !