Moncontour

La chasse aux trésors

Publié le 15/04/2008
© Texte et photos Didier Houeix

Carnet de route
Sur un contrefort du Méné, Moncontour dresse ses fortifications au beau milieu d’une campagne bucolique. Une petite cité pleine de caractère qui cache bien son jeu.

A une vingtaine de kilomètres de Saint-Brieuc, voici Moncontour. De la guerre de Cent Ans à la Révolution, Moncontour était autrefois une place solidement fortifiée et très prisée. Au XIVe on comptabilisait quinze tours reliées par un impressionnant maillon de créneaux et de remparts. Pour pénétrer dans Moncontour il y a deux portes, que chacun ici nomme tout simplement la porte d’en haut et la porte d’en bas, appelée aussi la porte neuve. Elles permettent d’accéder aux innombrables venelles qui, de la rue du Tertre à la rue de la Pompe, évoquent par des indices bien visibles le passé glorieux de Moncontour. L’histoire est à ce point vivante et intégrée dans le paysage de la ville que les commerces et les administrations sont indiqués par des enseignes originales en fer forgé. Mais, autant que l’épisode moyenâgeux, c’est le combat des Chouans qui va marquer l’histoire de Moncontour, républicaine sous la Révolution française. Cet épisode est dévoilé dans la maison de la Chouannerie et de la Révolution. Le musée expose aussi des trésors de l’archéologie.

Des trésors cachés
Mais c’est en flânant dans les ruelles que vous dénicherez les indices originaux de l’énigmatique Moncontour. Et votre promenade risque bien de devenir une véritable course aux trésors. Entre les symboles gravés dans la pierre, les statuettes et sculptures présentées discrètement dans des niches, les bas-reliefs en bois, les épis de faîtage… Ce ne sont pas les choses à découvrir qui manquent à Moncontour. Rue de la Pompe, un cœur gravé dans le granit d’un chapiteau dévoile l’existence d’un couple d’amoureux. Dans une autre rue, un cœur renversé indique la maison d’une maîtresse. Des éléments de façade sont à découvrir à la pâtisserie et des anges, rue du Tertre. Ici, chaque coin de rue parle à celui qui se donne la peine d’observer attentivement. La “Petite cité de caractère” (association créée en 1977, pour promouvoir les villes d’art et d’histoire) tire parti de toutes ses particularités avec une fête médiévale, en août, faisant revivre Moncontour à l’heure du Moyen Age.
Saint Mathurin
Saint Mathurin était réputé pour guérir les maladies mentales. Il est également le patron des laboureurs et dans une commune mesure le protecteur des habitants de Moncontour. Dans la sacristie de l’église, est enfermé son reliquaire en argent. On raconte qu’elle contient un os du crâne apporté à Moncontour au xixe siècle. Sachez qu’une copie en marbre blanc existe dans l’église et qu’un vitrail représente la cérémonie du pardon programmé chaque année à la Pentecôte.

Infos Pratiques


Retrouvez l'intégralité du reportage
et toutes les infos pratiques sur

TERRE DE PROVENCE Hors Série N°4






Abonnez-vous à notre newsletter

Magazines
Je m'abonne

ABONNEZ-VOUS A TERRE DE PROVENCE Pour 29 €
au lieu de 41,70 €

Suivez-nous sur
Facebook !