Oppède-le-Vieux

Publié le 25/07/2007
© Texte et photos Laurent Meyer

Village
Oppède-le-Vieux est magnifiquement situé sur son promontoire rocheux, en plein versant nord du Petit Luberon. Le village regarde la vallée du Calavon, Gordes accroché aux monts du Vaucluse et tout au loin le Mont Ventoux à la tête chauve. A l’origine se trouvait là un oppidum celto-ligure, d’où le nom d’Oppède. Dès 1274, il devint la propriété du pape tout comme l’ensemble du Comtat Venaissin, à la suite du don fait par le comte de Toulouse de cette partie de la Provence. Il se racheta ainsi de son soutien à l’hérésie cathare. Si la papauté conserva le territoire du Comtat, elle céda en 1501 le village d’Oppède à un certain Meynier. Ce nom marqua à jamais le village d’Oppède et l’ensemble du Luberon. Le fils, premier président du parlement d’Aix-en-Provence, organisa en 1545 le plus grand massacre de la région. Le génocide des Vaudois du Luberon fut planifié par le baron Meynier d’Oppède à partir de son château. Un siècle plus tard, n’étant plus occupé, il devint une mine de pierres et fut ainsi progressivement pillé. Les habitants d’Oppède, qui furent jusqu’à 900 au XIVe s, désertèrent progressivement les maisons froides du village, balayées par le mistral et s’installèrent dans la plaine à proximité de leurs terres cultivables et des voies de communication. En 1909, l’implantation de l’église et de la mairie au hameau des Poulivets, officialisa le transfert du village d’Oppède. Dans les années 60, certains artistes furent charmés par le vieux village en ruine. Aujourd’hui, ils lui apportent une nouvelle notoriété.

Les vignobles

Le vin est indissociable du Luberon ; les vignes se situent entre 100 et 400 m d’altitude. Une trentaine de caves jalonnent ses flancs sud et nord. Dès la haute Antiquité, les Grecs de Phocée ont vraisemblablement exploité de la vigne dans le pays d’Aigues au sud du Luberon. Puis au Moyen Age, la vigne apparut sur les coteaux nord. En 1920, la première cave coopérative fut créée à Bonnieux, et aujourd’hui, 85% de la production est issue de ces caves coopératives, contre 15% de domaines particuliers. Appellation d’origine contrôlée depuis 1988, les côtes du Luberon sont destinées à l’exportation pour 35 à 40%. Le succès réside dans la grande variété des cépages utilisés par “l’homme de vin”, et dans les rendements assez faibles, gages de qualité. Mais la mécanisation, la course à la rentabilité et l’urbanisation grignotant les vignobles tendent à menacer les côtes du Luberon et les côtes du Ventoux situés de l’autre côté de la rivière du Coulon.

 

 

Infos Pratiques

PAS A PAS
Du parking de Sainte-Cécile (obligatoire et payant), faisant également office de jardin paysager, dirigez-vous vers le village. Passez devant le “petit café” pour arriver sur la place du Beffroi : de grandes maisons bourgeoises sont alignées sur la droite (vers l’ouest). Les façades sont magnifiques : fenêtres géminées, façades renaissance, terrasse à échauguette, beaux porches, murs à créneaux. Pour une belle vue d’ensemble au soleil couchant, déambulez sur la petite route de Maubec partant à droite du “petit café”. Au milieu de la place, la tour du beffroi vous fait face avec son campanile, clocheton en fer forgé ne laissant aucune prise au fougueux mistral. Il s’agit de l’ancien hôtel de ville abandonné en 1909 au profit du village d’Oppède-les Poulivets dans la plaine. A l’est de la place (à gauche), vous descendez au pied du village: remparts, porte fortifiée, bouches à feu se laissent admirer à travers les ruelles vous menant à l’ancienne fontaine du village. Au fond du vallon, vous pouvez vous promener sur le sentier de randonnée se dirigeant vers la crête du Petit Luberon. Mais remontez donc sur la place du Beffroi. Passez sous le porche du Beffroi et gravissez les ruelles caladées (pierres arrondies). Au sommet du village, vous voilà à l’église Notre-Dame de Dolidon. Massive, elle est de style roman mais fut remaniée de nombreuses fois à travers l’histoire. Remarquez le clocher à la forme octogonale sans flèche ainsi que les gargouilles aux angles. A proximité, sur la droite, vous accédez au château, ou du moins à ce qu’il en reste. Vous pouvez cheminer à travers les ruines en prenant garde à l’instabilité des pierres du lieu. Construit au xiiie siècle, il est entouré de falaises faisant face au petit Luberon.

PRATIQUE
Accès

*De Cavaillon, rendez-vous à Robion, puis par la départementale 29 et la départementale 176, montez au village. Garez-vous à l’entrée au parking de Sainte-Cécile (payant).

A voir
*Le sommet du village
*L’église Notre-Dame de Dolidon
*Les ruines du château

Dans les environs
*Le sentier des vignerons au départ du parking d’Oppède-le-Vieux , boucle d’environ 1h30, jalonnée de cinq pupitres décrivant l’univers de la vigne et du vin.
*Sentiers de randonnées montant sur la crête du Petit Luberon.
*Le petit village de Maubec sur la D 176.

ADRESSES UTILES
*Mairie/Office de tourisme - Tél. 04 90 76 90 06
*Camping - Tél. 04 90 76 96 10

Où manger & dormir
*Moulin à huile - Tél. 04 90 76 90 66
*Le Petit Café - Tél. 04 90 76 84 15
*Cave coopérative viticole du Luberon à Coustellet
Tél. 04 90 76 90 01

EXTRAIT DU MAGAZINE
TERRE DE PROVENCE N°28

 

Abonnez-vous à notre newsletter

Magazines
Je m'abonne

ABONNEZ-VOUS A TERRE DE PROVENCE Pour 29 €
au lieu de 41,70 €

Suivez-nous sur
Facebook !