Ouessant et Molène

Voyage vers l’archipel sentinelle

Publié le 09/08/2007
© Texte et photos Didier Houeix

Carnet de route
L’île d’Enez Eussa exerce une fascination chez les voyageurs. La visite de cette île et de sa voisine, Moal Enez, enchante d’un plaisir au parfum iodé et rafraîchissant, tous ceux qui foulent leur sol. Un vrai bonheur à partager en famille.

Rendez-vous d’abord au Conquet. Par la départementale 789, c’est tout droit. Une grosse demi-heure plus tard, votre voiture se faufile dans les rues du Conquet. Il est tôt, 7 heures 30 du matin. Mais pour vivre pleinement cette journée, vous avez choisi le départ de 8 heures. La direction de l’embarcadère est fléchée jusqu’au parking du port. Reste à prendre vos billets aux bureaux de la compagnie Penn ar Bed. L’Enez Eussa III, repérable à sa coque bleue, le bleu “royal” d’Ouessant, soutient son allure le long de la jetée et ralentit en virant à l’entrée du port. On observe les manœuvres d’accostage. Voilà donc notre bateau, profilé pour fendre la vague, équipé d’un propulseur d’étrave, de deux puissants moteurs de 2 200 chevaux et de stabilisateurs. C’est un très bon bateau. Vous supporterez donc sans problème le bercement des flots sur une traversée assez courte : moins d’une heure. Ceux qui doutent prendront l’avion : depuis près de trente ans, la compagnie Finist’air assure une ligne aérienne à bord de confortables Cessna Grand Caravan. Une manière, au départ de l’aéroport de Guipavas, de découvrir, vues du ciel, les îles de l’archipel de Molène. Votre navire, après avoir doublé le plateau de la Helle par tribord et Lédénez Vihan par bâbord, fait escale à Molène. Aujourd’hui, il est stoppé par la marée descendante, à quelques brasses du môle. Les habitués et des visiteurs embarquent à bord du “Docteur Tricart”.

UNE AVENTURE ESTIVALE
On visite Molène (en breton, Moal Enez, l’île chauve) et sa pointe Notre-Dame-du-bon-retour où une vierge en bois, provenant d’un bateau, est venue s’échouer. Mais on vient aussi pour les Molénais, très attachants. Et parmi eux, Erwan Masson. “Pour le trouver ? Rien de plus facile : il est au Kastell !” Un cœur de rocker, gros comme ça – il est fan de Johnny–, Erwan, qui tient le bar familial, ne tarit pas d’éloges sur “son île”. Certes, Molène est au cœur d’un incomparable patrimoine biologique et marin. Mais l’île se dépeuple : pas facile de garder les jeunes attirés par les lumières de Brest, la grande ville. Ouessant est en face. L’hiver, emmaillotée de brumes et d’embruns, elle est cernée par des récifs. 5 phares et 1 feu assurent la sécurité des navigants dans ses parages : deux terribles courants, le Fromveur au sud, le Fromrust au nord, l’enserrent violemment. Mais la route empruntée par le commandant est sûre et l’arrivée en baie du Stiff se fait sans encombre. a terre, prenez un taxi. Il vous mènera, pour quelques euros, jusqu’au bourg de Lampaul. a pied, le parcours est long et vous risquez de gâcher votre visite si vous n’avez que la journée. a Lampaul, vous trouverez des loueurs de bicyclettes. La balade à vélo en famille, en direction des pointes de Pern et du Créac’h, est un grand moment : dénichez un abri derrière les rochers pour pique-niquer, laissez courir les enfants, et admirez sur écran géant l’océan Atlantique. La cerise sur le gâteau : rester la nuit à Ouessant. Après le dîner, vous programmez une balade à pied vers le phare du Créac’h. Placez-vous sous le faisceau qui balaie la nuit de son feu blanc à 2 éclats toutes les 10 secondes. La vision de ce spectacle est inoubliable. Faire le choix de l’île d’Ouessant, c’est faire le choix d’une aventure estivale et d’une inévitable sensation d’évasion, propre à cet îlot d’humanité.

Un archipel sous très haute protection

C’est un camaïeu de bleus et de verts. L’eau est transparente. Le Noelig - nom du grand gravelot en breton -, un Boston Whaler de 5,40 mètres, est en approche de la grève de Balaneg. Sur ses flancs, on peut lire inscrit en grosses lettres vertes “RESERVE NATURELLE”. Jean-Yves Le Gall, garde-animateur, coupe le moteur. Il règne ici un seul silence : celui de la mer, du chuintement de l’eau sur les galets et du piaillement de quelques oiseaux marins. Nous sommes à Balaneg. Nous pourrions être à Banneg, Trielen ou Enez ar C’hrizienn, car toutes ces îles font partie intégrante de la réserve naturelle d’Iroise avec chacune son particularisme : Trielen et ses fours à goémon, Balaneg et ses nichées de sternes. Ici, phoques gris, dauphins communs et grands dauphins - on annonce une comptabilité très encourageante de trente-cinq grands dauphins autour de Molène -, loutres d’Europe, puffins des Anglais s’accordent en chœur à dire que c’est le Paradis. Un paradis sous très haute surveillance, interdit d’accès en dehors des quelques débarquements prévus au programme d’un agenda strict. C’est à ce prix que la nature peut désormais, ici, compter sur la bonne volonté des hommes.

Infos Pratiques


RANDONNEE

*Du port du Stiff, traversez l’île jusqu’au bourg de Lampaul, comptez 40 mn à pied. Au centre du village, partez à l’ouest vers Porsnoan. À la sortie du bourg, suivez le sentier sur la gauche qui longe la baie de Lampaul. Chemin faisant, vous allez jusqu’au phare du Nividic en passant devant le petit port d’amarrage de Loqueltas. Du Nividic à la pointe de Pern, à quelques pas de là, ce sont les galets blancs contrastant avec le vert “glaz” de la mer qui vous accompagnent. La lande rase est dominante sur l’île, mais il faut franchir une petite zone humide pour arriver au pied du phare de Créac’h. Le sentier repart à l’est, toujours au bord de l’eau, près d’un puits en ruine. Revenez vers les habitations de Niou Izella. Le retour se fait par une petite route.

CARNET DE BORD
Accès
*De Rennes, N 12, puis contournez Brest par le périphérique Ouest, D 205 direction Plouzané et Le Conquet par la D 789.
*De Quimper, franchissez le pont de Bretagne, puis direction centre ville par la voie express. Passez le pont de Recouvrance, puis tout droit, vous rejoignez la D 789.

A voir
*L’écomusée de l’île d’Ouessant à Niou Huella
*Le musée des phares et balises
*Maison de l’environnement insulaire de Molène
Tél. 02 98 07 38 92

Carte
*IGN 1/25 000 - 0317 OT Ile d’Ouessant/Le Conquet

ADRESSES UTILES
*Traversée www.pennarbed.com
*Mairie de Molène - Tél. 02 98 07 39 05
www.iles-du-ponant.com
*Mairie d’Ouessant - Tél. 02 98 48 80 06
www.ouessant.fr

EXTRAIT DU MAGAZINE
TERRE DE BRETAGNE HORS SERIE N°3

Abonnez-vous à notre newsletter

Magazines
Je m'abonne

ABONNEZ-VOUS A TERRE DE PROVENCE Pour 29 €
au lieu de 41,70 €

Suivez-nous sur
Facebook !