Quimper

La reine de Cornouaille

Publié le 03/10/2008
© Texte et photos Didier Houeix

Carnet de route
Les qualificatifs ne manquent pas pour décrire la capitale de la Cornouaille. Quimper, centre historique et traditionnel du Finistère, niché au fond de l’Odet, est une ville dynamique, élégante, rayonnante, séduisante et bien vivante.

Quimper… C’est la capitale de toute la Cornouaille, maritime et rurale. Souvent prise pour cible par les feux de l’actualité, économique ou politique, avec ses manifestations d’agriculteurs et ses procès célèbres comme celui de Guillaume Seznec, Quimper n’en demeure pas moins une ville culturelle qui brille de mille feux. Et pendant l’été sans doute un peu plus, car la belle fait son show lors du festival de Cornouaille. Elle se montre sous ses plus beaux atours, dévoilant à cœur ouvert ses richesses patrimoniales. A cette occasion, la ville est en effervescence. Si vous aimez les grandes réunions festives, alors rendez-vous lors de ce remarquable rassemblement musical et traditionnel. Ce qui fait la particularité de Quimper, et autour de laquelle va se construire son histoire, c’est l’eau : l’eau douce du Steir et l’eau salée de l’Odet. Kemper (en breton, confluent) vit aux rythmes des inondations (1928, 2000) et des marées qui remontent et descendent chaque jour le cœur de la cité, abreuvant en nourriture de gros mulets. Les enfants adoreront le spectacle de ces poissons, très repérables, qui se dandinent à contre-courant en prenant leur déjeuner. À pied dans le centre ville, prenez les passerelles fleuries. Ce sera le moment de réaliser de belles photographies de la famille avec en prime l’air frais de la rivière. Ceinturée au Moyen Age de remparts, la ville se libère quelques siècles plus tard pour se développer le long de sa rivière. Flash-back… Gradlon règne sur la Cornouaille, conseillé par le moine Guénolé et l’ermite Corentin. Il fera de ce dernier son évêque en lui donnant son château de Quimper. Lorsque vous serez au pied de la cathédrale, prenez un léger recul sur la rue Kéréon (la rue des cordonniers) et levez le nez vers les deux superbes flèches. Vous verrez, là-haut, le roi juché sur son fidèle destrier Morvac’h. La statue domine la ville, placée au beau milieu de la passerelle qui joint les deux flèches. Et si votre curiosité l’emporte, sachez que vous le retrouverez sur un vitrail de la cathédrale. Comme dans beaucoup de cité moyenâgeuse, la vie se concentre au pied et autour de la cathédrale. Commerçants et artisans s’installent dans l’orbite du lieu de culte et du palais épiscopal devenu aujourd’hui le musée départemental breton. “Le cœur de Quimper est là”. Souriant et particulièrement volubile, Pascal Le Boedec, le regard passionné, le confirme ; lui qui communique depuis plusieurs années sa passion de la ville à des centaines de visiteurs. Il incorpore chaque année une équipe de sept guides dont les missions diverses lui permettent un contact avec tous les publics : non-voyants, scolaires, handicapés, touristes…
La foire Saint-Corentin
Pour les visites, rendez-vous est donné à la maison du patrimoine, un ancien hôtel, maison de chanoine du XVIe. Le programme s’étoffe avec des visites en langue bretonne, des visites nocturnes, et pourquoi pas en musique. Nous avons demandé à Pascal les balises incontournables qu’il ne faut sous aucun prétexte rater lorsque l’on visite Quimper. Et tout naturellement il signale haut et fort, avec la certitude du pro, la cathédrale. Pour plusieurs raisons et surtout pour une nouvelle raison : restaurée, elle a retrouvé sa fraîcheur intérieure… “Elle qui était si sombre. La restauration de son décor du xve siècle fait faire un grand bond en arrière”, affirme notre guide. Il faut imaginer, les pèlerins, les foires, les marchés, les bateaux de carriers remontant l’Odet, la présence des religieux… “Imaginez un instant la présence et le bruit des animaux, veaux, vaches, cochons à la foire Saint-Corentin…

Le festival de Cornouaille
Tout commence en 1923, par la grâce d’un commerçant, Louis Le Bourhis. Il crée la fête des Reines de Cornouaille. Après avoir porté le titre de grandes fêtes de Cornouaille, voici désormais et depuis 1982 le festival de Cornouaille. Cette année, le 84e du nom aura lieu du 14 au 22 juillet. Le grand défilé breton, l’Abadenn Veur et le Triomphe des Sonneurs auront lieu le dimanche 22 juillet. C’est en 1971, que le festival monte de plusieurs crans avec le concert d’Alan Stivell. L’événement aura vu passer les plus grands de Planxty aux Chieftains sans oublier en 1993 l’Héritage des Celtes de Dan ar Braz. Cet été, il accueillera encore sa marée de fans qui feront le déplacement pour Joan Baez, Karan Casey, Ismael Lo, Bagad Kemper, Denez Prigent, Breizh Side Storioù, Soldat Louis...

Infos Pratiques


Retrouvez l'intégralité du reportage
et toutes les infos pratiques sur

TERRE DE BRETAGNE -HS- N°4

Abonnez-vous à notre newsletter

Magazines
Je m'abonne

ABONNEZ-VOUS A TERRE DE PROVENCE Pour 29 €
au lieu de 41,70 €

Suivez-nous sur
Facebook !