Morosaglia

L’histoire au cœur

Publié le 29/05/2007
© Texte Anna Grazi Photos Robert Palomba

Village
Loin de la plaine de Ponte-Leccia, les doux lacets bousculés par quelques turbulences ouvrent la porte de l’histoire. Berceau de Pascal Paoli, le village sanctuaire veille sur les cendres du Père de la patrie. Le hameau de la Stretta, village natal du héros de l’indépendance, accueille les curieux ou visiteurs fascinés par son œuvre. Gardienne du souvenir, la maison natale est désormais musée ouvert à ceux désirant se rapprocher de l’initiateur de la Constitution corse, celle-là même qui inspira les États-Unis. Telle une confidence, les mots sur papier imprimés par Jean-Jacques Rousseau dans Du contrat social renvoient à sa foi pour l’île et l’homme, à l’instar de Voltaire, Boswell, Goethe... Fière de son histoire, Morosaglia s’accroche à la singularité des maisons suspendues aux toits de lauze. Dans la procession de hameaux, Morosaglia est rythmé par le musée aux objets ayant appartenu au Babbu, épées des troupes paolistes, monnaie, reproduction du drapeau de la Corse indépendante... au rez-de-chaussée, la chapelle funéraire abrite les cendres rapatriées de Londres en 1889. Perché dans le jardin phénoménal, dans son labyrinthe de montagnes, Morosaglia s’enracine dans la Castagniccia schisteuse, austère et si belle, terre du partage et des Sgio. Morosaglia, qui a forcément vécu l’arrivée des Maures est au cœur du royaume s’exaltant de vie au XVIIe siècle. À découvrir, l’église Saint-François d’Assise, le couvent de Rostino, l’église préromane, intrigante par l’ornement du tympan de la porte, soit deux serpents entrelacés se mordant la queue... Mais au-delà de l’histoire, Morosaglia offre sa montagne. Dans le parfum des villages belvédères, le chemin conduit à Prato, col serti de l’imposant San Pedrone. L’ascension lève le voile sur la chapelle San Petru d’Accia où, autrefois, la saint Jean unissait la population des alentours venue apporter du bois au sommet de la montagne pour un gigantesque feu. La lumière étincelle, signe envoyé aux sœurs Monte Cristo, Elbe et Pianosa, hélait les navigateurs... Aujourd’hui, septembre célèbre A Paolina, course pédestre reliant L’Île-Rousse à Morosaglia et fête du retour des cendres du Babbu. Loin de la plaine de Ponte-Leccia, les doux lacets bousculés par quelques turbulences ouvrent la porte à l’histoire...

Infos Pratiques

EXTRAIT DU
HORS SERIE CORSE N°4

 

Abonnez-vous à notre newsletter

Suivez-nous sur
Facebook !